Accueil Actualité IRIB Dossiers Auteurs Communiqués Agenda Invitation à lire Liens Ressources
Dernières mises à jour Les rapports du CPI Le Hamas Les vidéos BDS Ziad Medoukh Centre de la Paix Gaza Université al-Aqsa Gaza Qui? Pourquoi?

Google
sur le web sur Palestine Solidarité

 

 
Centre Palestinien
d'Information



 
Invitation à lire





BDS



Solidarité



Produits palestiniens



Eurasie-Afrique


 
En direct d'Iran



Agence syrienne



Agence Russe


 
Radio Chine

Internationale
 
Palestine Solidarité
sur Facebook



 


   


Palestine

Intifada al-Quds en Palestine :
Poursuivre le chemin de la libération
N°14 décembre 2016

Rim al-Khatib

Dimanche 18 décembre 2016

CIREPAL

« L’ombre des martyrs sortira des décombres, comme le phénix, et poursuivra l’occupant jusqu’à son évacuation de notre terre. La tentative de l’occupant d’entamer notre détermination est vaine, à cause de la profondeur de notre foi dans notre résistance légitime et le ralliement populaire autour des maisons des martyrs démolies ».
(Père du martyr Ahmad Abu Rabb, de la région de Jénine, dont la maison a été démolie)

La grève de la faim menée par les prisonniers, détenus administratifs, contre le principe même de la détention administrative, se poursuit sans relâche depuis plusieurs mois. A peine l’un obtient sa libération, grâce à sa lutte, d’autres prennent le flambeau, plongeant les dirigeants de l’entité sioniste dans l’embarras et la confusion la plus totale.
Il devient de plus en plus évident que les dirigeants sionistes ne savent plus comment gérer la question des grèves de la faim des prisonniers, sinon laisser faire et laisser mourir, avec tous les risques d’embrasement populaire que ceci pourrait entraîner. Car depuis plusieurs mois aussi, chaque fois qu’un ou deux prisonniers décident d’entamer la lutte, les rassemblements et les initiatives de solidarité avec les grévistes s’étendent sur tout le territoire palestinien, occupé en 67 ou en 48. La répression des services sécuritaires de l’Autorité palestinienne ne peut stopper le mouvement, même en arrêtant des militants un peu partout en Cisjordanie, notamment d’anciens prisonniers, récemment libérés. La grève de la faim que mènent les deux prisonniers, Ahmad Abu Fara, du mouvement du Jihad islamique en Palestine, et Anas Shadid, du mouvement Fateh al-Intifada, depuis plus de 85 jours, montre que les prisonniers palestiniens savent résister aux diverses pressions exercées sur eux et qu’ils sont d’abord armés d’une volonté implacable. Ceci est déjà une victoire. L’occupant a durci le ton, au risque de leur mort, et refuse de donner suite à leur revendication, la liberté. Les deux combattants pour la liberté avaient été arrêtés en août dernier, et placés en détention administrative. Ahmad Abu Fara, 29 ans, avait déjà été arrêté deux ans, et Anas Shadid est âgé de 19 ans.

 Au cours du mois de novembre jusqu’à ce jour, les affrontements n’ont pas cessé, entre l’occupant et les Palestiniens, du nord au sud de la Cisjordanie, en passant par la ville d’al-Quds. La répression sauvage, les actes terroristes, les rafles quotidiennes, la démolition des maisons, les profanations quotidiennes des lieux saints, dans al-Khalil et la ville d’al-Quds et l’extension de la colonisation se sont accrus, les sionistes tirant profit d’une situation internationale et régionale qu’ils espèrent perdurer.

Martyrs palestiniens tombés depuis début novembre 2016

Mohammad Abu Sa’da, 26 ans, tué par l’armée de l’occupation lors d’affrontements (18 novembre) sur la ligne de front, au centre de la bande de Gaza.
Jihad Mohammad Sa’id Khalil Qaddoumi,
48 ans, de Bayt Wazen, près de Nablus, a été exécuté au barrage militaire de Qalandia, le 21/11. Les sionistes prétendent qu’il avait l’intention de mener une opération contre eux. Ils ont interdit l’arrivée des secours et l’ont abandonné se vider de son sang.
Mohammad Nabil Zaydan
, 16 ans, du camp de She’fat, a été exécuté le 25/11, au barrage de She’fat. Les sionistes prétendent qu’il avait l’intention de poignarder des soldats.
Le martyr Raed Fouad Hija, 38 ans, est décédé suite à ses blessures, qu’il a reçues en 2002, lors de l’invasion de Nablus par les forces de l’occupation.
Le martyr Ahmad Mustafa Zayd, 44 ans, est également décédé suite à ses blesssures, faites par l’occupant en 1990.
Jihad Hussein Harb, 19 ans, de Qalqylia. Il a été exécuté par les sionistes au barrage de Zaatara, le 7 décembre, sous le prétexte qu’il avait l’intention de poignarder des soldats. 5 Palestiniens ont été exécutés à ce barrage, depuis le début de l’Intifada al-Quds.
Hamad Khader al-Sheikh, 21 ans, excuté dans al-Quds le 14/12. Il est originaire de Bayt Surik. Les sionistes l’accusent d’avoir poignardé deux soldats de l’occupation. Après son exécution, les sionistes ont empêché les secours palestiniens de l’approcher, le laissant se vider de son sang.
Ahmad Hazem Rimawi, 19 ans, de Bayt Rima, au nord-ouest de Ramallah. C’est au cours des affrontements qui ont opposé les forces sionistes à la population du village qu’elles ont assassiné le jeune Ahmad, le 17/12. Il est le fils du prisonnier Hazem Rimawi, détenu dans les prisons sionistes pendant 15 ans, et libéré il y a trois mois.

Scènes de l’Intifada al-Quds 

Libération de prisonniers grévistes de la faim : l’occupant a été obligé de libérer plusieurs prisonniers ayant mené la grève de la faim pour réclamer leur liberté. Selon l’accord ayant mis fin à la détention administrative, l’occupant ne renouvelle plus l’ordre de leur détention. C’est ainsi que Fouad Assi, Mohammad et Ahmad Balbloul, et Bilal Kayed, ont été libérés, au mois de novembre et début décembre. Fouad Assi a déclaré, au moment de sa libération : « cette bataille que nous avons menée n’a jamais été simple. La direction des prisons essaie toujours de faire pression sur les prisonniers en lutte et de mener des exactions contre eux. Au cours de la lutte, les conditions sont extrêmement difficiles, et le défi commence. Il faut patienter. La patience est la véritable voie vers la victoire. »

Libération de 7 corps de martyrs confisqués par les sionistes : L’occupant a finalement accepté de libérer les corps confisqués de 7 martyrs, au cours du mois de décembre, martyrs tombés au cours de l’Intifada al-Quds. Les martyrs sont des régions d’al-Khalil et de Jénine. Le coordinateur de la campagne nationale pour récupérer les corps des martyrs a affirmé que l’occupant a finalement plié devant la volonté des Palestiniens. Il a rappelé que l’occupant détient toujours 250 corps de martyrs, tombés depuis l’intifada de 1987. Les corps sont utilisés parfois pour des trafics d’organe, selon plusieurs sources internationales et sionistes. Le retour des corps des martyrs a été l’occasion pour les Palestiniens d’affirmer leur haine de l’occupant, en organisant des funérailles combatives. Dans Bayt Ummar, les forces de l’occupation ont tiré sur la foule, faisant 18 blessés. A Qabatya, se sont déroulées les funérailles de Sari Abu Ghurab, dont le corps a été confisqué pendant 4 mois. Dans le village de Assira Shamaliya, se sont déroulées les funérailles de Rahiq Birawi, 23 ans, exécutée par l’occupant le 19 octobre dernier. Les funérailles du martyr Mohammad Sarahin, 30 ans, ont eu lieu dans le village de Bayt Ula, dans la région d’al-Khalil. Il avait été exécuté le 15 septembre dernier, lors de son arrestation. A Bani Na’im, se sont déroulées les funérailles des deux martyrs, Firas Khaddour et Sara Tarayra. Firas (18 ans) a été exécuté le 16 septembre près de la colonie de Kiriat Arbaa, Sara, qui était enceinte, a été exécutée le 1er juillet, près des portes de la mosquée al-Ibrahimie dans al-Khalil. Les funérailles de la martyre Ansar Harsha, mère de deux enfants, ont eu lieu dans le village de Qifin, près de Tulkarm. Elle avait été exécutée par les sioniste le 2/6/2016. Le corps du martyr Khaled Bahr, 15 ans, de Bayt Ummar a également été rendu à la famille. Il avait été exécuté le 20 octobre dernier. 

Résistance

De violents affrontements ont opposés les Palestiniens dans le camp de Qalandia aux forces de l’occupation, venues pour prendre des photos la maison du prisonnier Mohammad Abu Shahine, en vue de le démolir. La maison avait été démolie au début de l’année, mais il fut reconstruit par les habitants du camp.
Des affrontements ont eu lieu dans le camp de Askar, près de Nablus, le 15/11, entre les jeunes du camp et les forces de l’occupation. 10 unités et deux camions de l’occupation ont pénétré dans le camp et encerclé plusieurs maisons, dont celle de Tha’er Qandil, frère du martyr Tamer Qandil, assassiné en 2006.

D’autres affrontements ont eu lieu entre l’occupant et les Palestiniens sur la ligne séparant la bande de Gaza de l’entité coloniale, le 18 novembre. Ce vendredi, plusieurs points d’affrontements ont également eu lieu en Cisjordanie, y compris al-Quds : des jeunes ont lancé des pierres sur des colons à Selwan, à Hazma, un soldat sioniste a été blessé, A Izariyye et Abu Dis, l’occupant a lancé des gaz pour disperser les jeunes des quartiers. A Ni’lin et Bil’in, l’occupant a réprimé les manifestations hebdomadaires contre l’occupant. Il  a également réprimé le rassemblement devant la base militaire de Ofer. A Al-Khalil, une jeep de l’occupant a été attaquée près de Bayt Ummar. Dans la région de Bayt Lahem, des affrontements ont eu lieu dans le village de Takou’ et à l’entrée du camp de Ayda. Un colon sioniste a été blessé par des jets de pierre dans la région de Bayt Lahem (11/11).

Des manifestations se sont déroulées dans plusieurs localités de la Palestine occupée en 48 contre le projet de loi visant à limiter l’appel à la prière. Dans les villes de Taybe, Kfar Qassem, Rahat dans le Naqab, et Kfar Kanna en Galilée, les manifestants ont affirmé leur refus de la loi qu’ils ont jugée raciste.
Le 21/11, les jets de pierre et de bouteilles incendiaires contre les sionistes se sont poursuivis pendant 13 heures de suite en Cisjordanie, y compris al-Quds. Dans at-Tur, un bus transportant des colons a été attaqué par des jets de pierre. Dans Selwan, deux attaques ont eu lieu contre des colons. Dans le village de Hawwara, une voiture de colons a été attaquée, une autre près de la colonie Itmar. Deux soldats sionistes ot été blessés lors d’une attaque près de la colonie de « Benyamin », une voiture de colons a été attaquée sur la route 465. Des pierres on été lancées sur des voitures de colons circulant sur la route menant à la colonie « Gush Atzion ». Plusieurs voitures et bus de colons ont été attaqués près de la colonie « Kiriat Arba’ » dans al-Khalil.

Un soldat sioniste a été blessé à Hazma, à l’est d’al-Quds occupée le 25/11, où les jeunes ont lancé des bouteilles incendiaires sur les colonies de « Har Adar » et « Beit Il ». Des affrontements ont eu lieu ce même jour autour des villes d’al-Quds, de Ramallah, Bayt Laahem, Nablus et Qalqylia. Deux jours auparavant, des jeunes ont lancé des bouteilles incendiaires sur les colonies de « Kokhaf Yaqub », « Beit Hajawi » et Itshar ».

Des affrontements ont eu lieu pendant plusiurs jours dans le village de Hazma, entre les jeunes Palestiniens qui lançaient des pierres et les soldats de l’occupation. 3 soldats sionistes ont été blessés lors d’affrontements dans al-Ram le 20/11.
Des véhicules appartenant aux colons ont été ciblés par les jeunes palestiniens près du bourg Deir Abu Mesh’al, au nord de Ramallah. 6 coups de feu ont été tirés par les résistants sur une voiture conduite par un colon près de Ramallah.
Les habitants de Qalandia ont tenu à célébrer la prière du vendredi 11/11 dans la tente de protestation qu’ils ont installée pour dénoncer la destruction de plusieurs maisons du bourg, il y a plusieurs mois. Ils s’organisent pour reconstruire les maisons démolies.

Des dizaines de militants ont protesté dans la région de Galilée, occupée en 48, contre la détention administrative et en soutien aux prisonniers en lutte dans les prisons de l’occupation. Ils ont réclamé la libération immédiate de trois prisonniers, détenus à cause de leur participation à la protection de la mosquée al-Aqsa.

Répression et purification ethnico-religieuse

Le tribunal de l’occupation a condamné l’enfant Ahmad Manasra, 14 ans, à 12 ans de prison ferme. Il est accusé d’avoir tenté de mener une opération de poignard dans une colonie implantée dans Bayt Hanina. D’autre part, le tribunal sioniste a condamné Asraa Ja’abis, à 11 ans de prison pour avoir mené une opération au barrage près de la colonie Maale Adomim, implantée sur les terres de plusieurs villages palestiniens. D’autres enfants ont été condamnés par les sionistes : l’enfant Mundhir Abu Mayale, 15 ans et l’enfant Muhammad Taha, 16 ans, ont été condamnés à 11 ans de prison.

L’occupant refuse de remettre les corps de 3 martyrs, qu’il a confisqués depuis plusieurs mois, sous prétexte que les martyrs appartiennent au mouvement Hamas. Il s’agit des martyrs Mohammad Tarayra, de Bani Na’im, Mohammad al-Faqif d’al-Khalil et de Abdel Hamid Abu Srour, de Bayt Lahem.

Depuis le début de l’Intifada, en octobre 2015, l’occupant sioniste a démoli 44 maisons, qui abritaient 217 personnes, dont 74 enfants. 50 maisons avoisinantes ont été à moitié détruites en conséquence. Par ailleurs, de nombreuses familles maqdissies craignent l’expulsion de leurs quartiers à Batn al-Hawa – Selwan, par l’association coloniale « Atarit Cohonim ». Cette dernière a remis au mois de novembre 9 avis d’expulsion aux familles Ghayth et Shehade, prétendant que leurs maisons sont construites sur des terres appartenant à des juifs yéménites. Le terrain revendiqué par les sionistes comprend 30 à 35 immeubles dans lesquels vivent 436 Palestiniens depuis des dizaines d’années.

Sur proposition des colons implantés en Cisjordanie, le Knesset sioniste a accepté en première lecture le plan de règlement du sort des colonies dites « illégales » (autorisées mais non approuvées par l’entité sioniste). Ce plan prévoit de transférer les terres palestiniennes où sont implantées ces colonies à l’Etat sioniste, qui les remettrait aux colons. De plus, il encourage les colons à multiplier le vol des terres privées, et non seulement publiques, de la Palestine.

Du premier au 9 novembre, l’occupant a prononcé 50 ordres de détention administrative contre des prisonniers, allant de 3 à 6 mois. Plusieurs de ces ordres sont des renouvellements de la détention administrative.

Le 11 novembre, l’occupant a arrêté 9 Palestiniens accusés de préparer des opérations armées à l’intérieur de l’entité. Le 15/11, plusieurs jeunes ont été arrêtés dans plusieurs villes de la Cisjordanie, comme à Bayt Ummar, où le prisonnier libéré Mohammad Ikhmis, 37 ans, a été arrêté et transféré à la base militaire de Atzion. A Ramallah, les jeunes Ahmad Hamed et Imad Yassine ont été arrêtés. Dans le village de Koubar, le jeune Qassem Abdel Karim Barghouty a été arrêté.  Au cours de la nuit du 13 au 14/12, des dizaines de Palestiniens, ont été arrêtés dans plusieurs localités de la Cisjordanie, et dans les quartiers d’al-Quds, dont des enfants âgés de 14 ans (Issa Youssef Taqatqa et Abed Sultan Taqatqa dans la région de Bayt Lahem) 

Le tribunal sioniste de la ville occupée de Nasra, dans la Galilée, a condamné Tareq Abdel Fattah Yehya, à 17 ans et demi de prison, pour avoir mené l’opération de la résistance à Afoula (octobre 2015), blessant gravement un soldat sioniste.

L’armée sioniste a envahi l’université de Birzeit, le 13/12 et a confisqué des ordinateurs. C’est la troisième fois que l’occupant envahit l’université, au cours des trois dernières années. Les sionistes ont également envahi le centre social de Burj al-Luqluq, démolissant du matériel informatique et confisquant des ordinateurs, le 11/12. Selon le responsable du centre, les sionistes font pression, par ces raids réguliers, pour que le centre n’offre pas des services sociaux aux habitants d’al-Quds. 

Les forces de l’occupation ont envahi le camp de Shu’fat, dans la nuit du 7/8 décembre, et tiré des coups de feu. Elles ont blessé plusieurs Palestiniens et arrêté d’autres. La même nuit, elles ont attaqué le village de Bayt Ummar, dans la région d’al-Khalil, lançant des grenades lacrymogènes sur les enfants et les jeunes du village. Des dizaines ont été blessés. 24 Palestiniens ont été arrêtés cette nuit au cours des rafles menées dans les régions de la Cisjordanie. Au cours de la nuit du 27/28 novembre, les sionistes ont mené des raids dans les régions de la Cisjordanie, arrêtant plus de 30 Palestiniens, dont des anciens prisonniers libérés. Tareq Oweiss et Mohammad al-Jada’, anciens prisonniers libérés, ont été arrêtés dans la ville d’al-Khalil. La cour militaire de Ofer a condamné Abla al-Adam (45 ans), à 3 ans de prison ferme, après l’avoir accusée d’avoir voulu poignarder un soldat sioniste, le 20 décembre 2015. Raed Khalil, 36 ans de Dura, dans la région d’al-Khalil, a été condamné à la prison à vie pour résistance à l’occupation en tuant deux soldats sionistes le 19 novembre 2015. 

Le tribunal de l’occupation a condamné le jeune Akram Abu Sirhan, 17 ans, de Jabal al-Mukabbir dans al-Quds, à 9 ans de prison et le paiement d’une « amende » de 10.000 shekels. Il avait été accusé par l’occupant d’avoir planifié un acte de résistance contre l’occupation.

Le knesset sioniste devra se prononcer sur les parcours envisagés pour le tramway dans la ville d’al-Quds, qui sont des parcours (bleu, vert, rouge) s’étendant sur plusieurs kilomètres pour relier les colonies autour de la ville à l’intérieur de la capitale palestinienne. Ces parcours sont des parcours coloniaux, qui ont pour but de favoriser l’installation des colons et la judaïsation.

Les sionistes ont envahi le village al-Araqib pour la 105ème fois, village non reconnu dans le Naqab, pour démolir les tentes installées par la population qui refuse de partir. Ils ont confisqué les voitures des habitants du village. Début décembre, l’unité « Yoav » de l’armée sioniste a démoli une maison dans le village de Atir, dans le Naqab, menacé de disparition et une autre maison appartenant à la famille al-Jamaeen, dans le village de Sawah. Atir et Sawah sont également des villages que l’entité coloniale refuse de reconnaître.
Profitant de la période transitoire aux Etats-Unis, la municipalité sioniste d’al-Quds a décidé de lancer une vaste opération de colonisation comprenant des milliers de logements dans la ville occupée, dont dans des colonies déjà implantées, comme « Gilo » et « Ramot Shlomo ». 

Profanation des lieux saints

Les sionistes ont profané le cimetière du village Qalonia, situé à l’ouest de la ville d’al-Quds, et dont la population avait été expulsée en 1948. Le président du haut conseil musulman, sheikh Ikrima Sabri a déclaré que l’être humain préserve sa dignité, mort ou vivant, les tombes ne doivent pas être profanées. » Hatem Abdel Qader, responsable du Fateh dans al-Quds a considéré que cette profanation est un crime de guerre, un acte barbare et inhumain. Sheikh Ali Abu Sheikha a déclaré que le plan de supprimer le cimetière musulman du village existe depuis longtemps, du temps même de l’occupation britannique.

Les sionistes ont profané le cimetière de Bab al-Rahma, dans la ville occupée d’al-Quds, le 18/12. Ils ont entouré de barbelés une partie du cimetière qu’ils comptent utiliser pour faire un parc « talmudique ». Le cimetière musulman de Bab al-Rahma est historique, et renferme les corps de nombreux compagnons du prophète Mohammad, des combattants palestiniens et des familles d’al-Quds.

L’occupant a allongé les heures au cours desquelles les sionistes sont autorisés à profaner la mosquée al-Aqsa. Ceci est une mesure supplémentaire en vue de s’emparer de la mosquée, en vue de la détruire pour construire ce que les sionistes appellent « le troisième temple juif ». En éloignant les fidèles musulmans par des mesures répressives, en arrêtant tous ceux qui cherchent à la protéger, et en autorisant de plus en plus les sionistes à la profaner, les sionistes espèrent instaurer un état de fait, semblable à ce qui a été déjà fait dans la ville d’al-Khalil, avec la mosquée al-Ibrahimie. Par ailleurs, les profanations quotidiennes, par dizaines parfois, par les sionistes, qui pratiquent parfois des rituels talmudiques à l’intérieur de la mosquée, confirment le plan de judaïsation des lieux saints musulmans de la Palestine. Au cours du mois de novembre, 1256 colons sionistes ont profané la mosquée. Les extrémistes sionistes mobilisés pour le maintien de la colonie « Amona » ont profané la mosquée al-Aqsa, au cours du mois de décembre, pour protester contre le gouvernement de l’occupation. 

La municipalité sioniste de la ville occupée d’al-Quds a pris la décision de modifier les noms de quelques rues de la ville, dont la place de Bab al-Amoud.

La normalisation avec l’occupant est un crime

Khaled Sadeq, éditorialiste, dénonce les 7 journalistes marocains, arrivés dans l’entité sioniste, en vue de normaliser les relations avec l’occupant. Il affirme que ces journalistes, qui ont voulu garder l’anonymat, ne représentent pas le peuple arabe et musulman du Maroc, ils resteront bannis et la honte les poursuivra à tout jamais.

Une délégation de la Ligue arabe, Ahmad Abul Ghayth, Nabil al-Arabi et Amru Moussa sont arrivés à Ramallah, en passant par les barrages de l’entité sioniste, dans l’intention de préparer la succession de Mahmoud Abbas.

11 médecins syriens participent à un congrès international à Amsterdam aux côtés de médecins sionistes. Du 10 au 13 novembre, s’est tenu ce congrès organisé par une firme sioniste en Hollande. Interrogés par la presse, certains médecins ont confirmé leur participation, en prétextant que la médecine ou la science serait « neutre ». Le président du syndicat des médecins, tenu au courant de la normalisation, a déclaré vouloir des mesures punitives contre ceux qui ont participé à ce congrès normalisateur. 

La presse libanaise a dénoncé la participation d’une firme libano-émiratie, dirigée par un Libanais Iskandar Safa, à la fabrication des navires destinés à l’entité sioniste. Iskandar Safa est connu par les sionistes qui ont établi des rapports avec lui depuis la disparition de leur officier Ron Arad, au cours de la guerre contre le Liban en 1982.

Les régimes turc et jordanien ont accepté d’acheter le gaz de l’entité sioniste, malgré les protestations des peuples arabes et musulmans à ces accords de normalisation. En Jordanie, des milliers ont protesté contre l’accord de gaz. Des dizaines de Jordaniens ont été arrêtés.

La presse palestinienne

« Des facilités pour neutraliser les Palestiniens et allonger l’attente de l’explosion » (al-Istiqlal)
Le gouvernement sioniste a accru le nombre d’autorisations accordées aux Palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, pour travailler dans l’entité (les territoires occupés en 48), conformément au plan de Liberman, qui vise à « pacifier » les territoires occupés en 67 par ces mesures typiques de toute occupation. La même politique est appliquée aux Palestiniens des territoires occupés en 48, au moment même où des campagnes répressives et racistes visent la direction nationale. Pour l’occupant, les Palestiniens seraient des individus, sans attaches ni identité, qui ne demandent qu’à vivre.  « Israël cherche à se convaincre, avant de nous convaincre et de convaincre le monde, que nous ne sommes que des groupes résidents, qu’il peut finalement soumettre… Le comportement israélien avec les Palestiniens, comme une affaire humanitaire, est un recours obligé pour l’Etat de l’occupation... le bâton n’ayant pas réussi à briser la volonté de la résistance palestinienne, ni à assurer la sécurité pour les colons, des deux côtés de la « ligne verte ». La politique d’inclusion des peuples occupés à l’aide de pots-de-vin et de tentations n’est pas une invenion « israélienne », mais une vieille politique aussi ancienne que le colonialisme, qui subit un échec cuisant ».

De nombreux articles ont été consacrés au congrès du Fateh. Dans al-Istiqlal, bi-hebdomadaire paraissant à Gaza, et sous le titre « maintenir les droits », le rédacteur en chef souligne que Mahmoud Abbas, longuement applaudi par des congressistes payés en postes dans l’Autorité palestinienne, a tué la cause palestinienne en se l’appropriant. Fort de cinq postes dirigeants, il tient toutes les ficelles entre ses mains, prônant l’inactivisme face à l’expansion coloniale sioniste. Les directives du général sioniste Yav Mordechaï, responsable des travaux dans les territoires de la Cisjordanie et de Gaza, sont immédiatement exécutées par Mahmoud Abbas, contre des militants jugés combatifs du Fateh, ou pour empêcher tout représentant d’al-Quds de faire partie du comité central du mouvement, pour faciliter la judaïsation de la ville… Cette politique ne peut que mener à la catastrophe. Chaque jour, la responsabilité que devra assumer les organisations palestiniennes devient plus grande pour maintenir les constantes palestiniennes et refuser de se plier à la politique de Mahmoud Abbas. C’est pourquoi il faut s’accrocher à la résistance, pour expulser l’occupant de notre patrie.

Walid Qitati écrit le 25/11 à propos des incendies qui se sont déclarées en Palestine occupée, que l’occupant n’a pas réussi à éteindre, suscitant des réactions diverses de la part des Palestiniens : les incendies ont montré la fragilité de l’entité sioniste face à des événements naturels, prouvant ainsi son incapacité à faire face à de longues guerres et sur plusieurs fronts. L’entité sioniste est véritablement plus fragile que la toile de l’araignée. Les incendies ont également montré l’ampleur de la haine des arabes envers l’entité sioniste, malgré toute la vague de normalisation des relations au cours de ces récentes années. Cette haine s’est manifestée sous la forme de réjouissances face à ce que subit l’ennemi. Une réjouissance excessive pour les dommages subis par l’ennemi est cependant différente du sentiment naturel et spontané. Elle exprime une incapacité à affronter l’ennemi, dans la réalité, et une fuite vers le virtuel. Il est important de ne pas croire que le ciel se venge pour nous alors que nous dormons et n’agissons pas pour modifier la situation.

Communiqués et déclarations

Daoud Shehab, responsable de l’Information au mouvement du Jihad islamique en Palestine, a dénoncé l’arrestation de prisonniers de son mouvement, récemment libérés des prisons sionistes, par les services sécuritaires de l’Autorité palestinienne. Il a notamment cité le prisonnier Issam Ramadan, étudiant à l’université al-Najah, à Nablus, que les services sécuritaires ont arrêté le 3 novembre, soit 5 mois après avoir été libéré des prisons sionistes. 

Le « comité des libertés » issu du Haut comité de suivi des masses arabes dans les territoires occupés de 48 dénonce le projet de loi de limitation de l’appel à la prière dans les mosquées d’al-Quds et des territoires occupés en 48, en soulignant que ce projet de loi est proposé parallèlement à la répression contre sheikh Raed Salah, prisonnier, qui a été isolé dans une cellule individuelle. Sheikh Raed Salah, poursuit le communiqué, a été privé de ses livres et de ses écrits et notes, dans une tentative de le faire taire et de l’empêcher de lire et d’écrire.

Communiqué des organisations de la résistance palestinienne, le 4/12
A l’occasion de la déclaration du partage de la Palestine, de l’ONU, le 29 novembre, les organisations de la résistance ont publié le communiqué suivant, après leur rencontre au siège du mouvement des Moujahidins, à Gaza, où elles ont affirmé : - nous affirmons l’illégalité de l’entité sur notre terre et l’illégalité de toutes les résolutions allant dans ce sens. – Nous mettons en garde l’occupant de poursuivre son projet d’interdire l’appel à la prière dans les territoires palestiniens. – Nous saluons la résilience de notre peuple face à la machine de guerre sioniste. – Nous confirmons les points proposés par le mouvement du Jihad islamique, pour sortir de la crise vécue par notre peuple après les accords d’Oslo. – Nous appelons le président Abbas à mettre en pratique les points positifs de son discours. – Nous appelons à un dialogue national global pour préparer la réconciliation véritable interpalestinienne sur la base du maintien des constantes palestiniennes et la protection de la résistance.

Dans la presse sioniste

Dans le quotidien sioniste Haartez, du 18/11, le commentateur militaire, Amos Har’il présente les scénarios d’évacutation de 78.000 « civils » de l’entité coloniale des colonies dans la Galilée, au cas où une guerre est déclenchée contre le Hizbollah au Liban. Bien que la question de l’évacuation de « civils » a été fortement interdite par l’armée de l’occupation, cette mesure est en train d’être étudiée.

Trump et l’entité sioniste
Dans Yediot Aharanot, l’ancien chef des renseignements militaires de l’entité sioniste, Giora Ayland écrit le 15/11 que le nouveau président des Etats-Unis ne fera probablement pas pression sur l’entité pour adopter la solution de « deux Etats ». Ce qui va amener à l’adoption par « Israël » de la gestion du conflit au lieu de sa résolution. Mais cela peut avoir de graves conséquences, la montée du Hamas et d’autres mouvements extrémistes qui déclencheront une Intifada. C’est pourquoi Trump doit faire pression sur Netanyahu.

La presse sioniste n’est pas unanime à considérer que le nouveau président américain serait un allié inconditionnel à leur entité. Pour Haaretz, l’arrivée de Trump à la Maison Blanche ne signifie nullement qu’il appuiera la ligne la plus violente de la colonisation, comme l’entend Benett. Le flou qui entoure la politique étrangère du nouveau président s’applique également à l’entité sioniste. Mais l’entité a d’autres atouts et d’autres relations, comme l’Union européenne et des Etats arabes. 

Yamos Yedlin, directeur du centre d’études de la « sécurité nationale » écrit dans Yediot Aharanot (10/11) que l’entité sioniste doit peser sur la politique étrangère des Etats-Unis, qui n’est pas encore définie. Pour lui, le danger représenté par l’Iran doit être affronté, même s’il est fort possible que l’accord nucléaire ne soit pas remis en cause par la nouvelle équipe dirigeante. Concernant la Palestine, il propose de revenir au plan Sharon de 2002, qui fait miroiter un plan pour deux Etats tout en poursuivant la colonisation dans al-Quds occupée. Mais l’essentiel demeure la poursuite de l’aide militaire américaine qui doit maintenir la supériorité militaire sioniste dans la région.

>> N°14 - 06.11.16
>> N°13 - 21.09.16
>> N°12 - 23.08.16
>> N°11 - 31.05.16
>> N°10 - 01.05.16
>> N°09 - 03.04.16
>> N°08 - 02.03.16
>> N°07 - 13.02.16
>> N°06 - 26.01.16
>> N°05 - 11.01.16
>> N°04 - 20.12.15
>> N°03 - 02.12.15
>> N°02 - 15.11.15
>> N°01 - 28.10.15

 

 

   

Le sommaire de Rim al-Khatib
Le dossier soulèvement octobre 2015
Les dernières mises à jour



Source: Rim al-Khatib

Abonnement newsletter: Quotidienne - Hebdomadaire
Les avis reproduits dans les textes contenus sur le site n'engagent que leurs auteurs. 
Si un passage hors la loi à échappé à la vigilance du webmaster merci de le lui signaler.
webmaster@palestine-solidarite.org


Ziad Medoukh

Analyses et poèmes
 
Toumi Djaidja

Analyses

René Naba

Analyses
 
Manuel de Diéguez

Analyses

Fadwa Nassar

Analyses et traductions

Bruno Guigue

Analyses

Chems Eddine Chitour

Analyses

Mikhaïl
Gamandiy-Egorov

Afrique-Russie
 
Luc Michel

Analyses

Robert Bibeau

Analyses
 
Salim Lamrani

Analyses
 
Manlio Dinucci

Analyses
 
Mohsen Abdelmoumen

Analyses